Ici on rêve, ici on se nourrit, ici on crée.

La vie c’est aussi du rêve, l’écologie relationnelle c’est aussi du rêve. Les imaginaires ont un rôle à jouer dans la transition écologique : ils permettent d’avoir des références, un horizon, et des valeurs communes. Ils permettent également de comprendre l’écologie à travers une approche bien trop souvent oubliée en société : le sensible.

Ayya cherche au quotidien à créer et valoriser des imaginaires : par la création artistique, par l’écrit, par la poésie et le sensible, de nouveaux mondes s’ouvrent à nous. Ils sont l’une des clés de l’écologie de demain.

Danser pour protester

Alors que certains marchent, nous on danse ! Parce que danser c’est se révéler au monde et protester. Danser c’est parler quand on n’a pas les mots. Danser c’est vivre son corps, premier espace de négociation entre nature et culture. Danser c’est vivre son territoire.

Notre projet de danse c’est tout ça, c’est mêler nos cœurs et nos corps pour vous montrer qu’il y a urgence à refaire communauté, urgence à nous réapproprier nos vies et nos espaces.

Ayya déferlera dans les rues de Bruxelles. Rendez-vous bientôt sur Youtube !

Filmer pour s’inspirer

Ils nous inspirent. Elles nous inspirent. Nous pensons que leur dire, que leurs actions, caractérisent l’écologie de demain. Nous souhaitons les mettre en avant. Nous réalisons une web-série documentaire en 10 épisodes qui part à la rencontre de penseurs et de penseuses, d’artistes, de porteurs et porteuses de projet qui comme nous, pensent par-delà nature et culture. Rendez-vous fin 2019 pour découvrir ces personnes qui changent le monde !

l’écologie relationnelle :

Le lien comme écologie

#AYYA est
régulièrement
de sortie

Pour ne rien louper de nos
événements, suis-nous sur les
réseaux sociaux ou abonne-toi à notre newsletter !

Merci pour votre abonnement.

Quelque chose s’est mal passé.