Façonner ensemble un nouvel imaginaire.

 Les imaginaires ont un rôle à jouer dans la transition écologique : ils permettent d’avoir des références, un horizon, et des valeurs communes.  Chez Ayya nous valorisons une démarche interdisciplinaire qui fait la part belle à l’art, au même titre qu’à l’écologie ou à l’anthropologie.  Nous collaborons avec des artistes de tout horizon pour exprimer la diversité de nos sensibilités au monde. Par la création artistique, de nouveaux mondes s’ouvrent à nous, ils sont l’une des clés de l’écologie de demain.

Marine Gauvain

Jeune illustratrice, portraitiste professionnelle et photographe, Marine est une férue de randonnées, de contemplation, se sentant de plus en plus proche du monde végétal. Ses études artistiques (arts numériques, théâtre et école d’arts) l’ont amenée à voyager en Europe puis à travailler dans un jardin auprès d’enfants. Le croquis et le carnet de voyage sont devenus ses outils les plus puissants pour renouer le lien avec le vivant. Marine concilie ainsi au quotidien arts et sciences. Son objectif : emmener l’œil là où il ne s’attend pas. Ses dessins suivent une ligne directrice : appréhender le futur autrement en cherchant des imaginaires toujours plus optimistes et colorés. Elle chercher à créer des ponts entre les générations, la représentation du corps, de la danse et de la nature correspondant à ses plus grandes inspirations.

Aude Compoint

Après des études d’ingénieur en géophysique et menant une carrière d’analyste, inspirée par le besoin urgent de protection de la Terre, Aude a souhaité retrouver son amour de l’illustration, à travers le “neuvième art”, la bande-dessinée. Elle a réalisé une BD pour Ayya qui nous invite à questionner notre rapport distant voire déconnecté à la nature, et le manque de transmission à l’égard des plus jeunes. En ces temps de disparation de biodiversité et d’extinction de faune de masse, cette BD nous invite à prendre soin du vivant pour que la fracture entre l’ancien et le nouveau monde ne se creuse pas davantage.

Juliette Bacot

Graphiste, dessinatrice et danseuse, Juliette travaille le mouvement dans son art et par la danse. Elle joue des mouvements des corps dans différents lieux, pour tracer d’autres chemins d’émancipations individuels et collectifs. Par le mouvement, c’est tout une gamme d’émotions qui se libère. Son lien à la nature donne à son oeuvre une dimension originale qui colle parfaitement avec l’esprit de l’écologie relationnelle. 

Léa Zamolo

Artiste peintre et dessinatrice, après des études en arts plastiques et en critique d’art, Léa est devenue une touche-à-tout qui souhaite mettre en lumière la nature et le cosmos qui composent la beauté du monde, “au-delà de nous”. A travers ses recherches et son utilisation de médiums variés (aquarelle, papier chiffon, découpages, collages, …) Léa explore le mystère de la création pour y trouver une liberté qui échappe aux règles bien précises du quotidien, elle se place dans une posture d’oubli de soi, salvateur. Léa exposera bientôt ses peintures aux côtés d’Alice Louradour à la galerie parisienne Open Bach, espace culturel mêlant ateliers et galerie, en novembre prochain. 

Maud Louvrier-Clerc

Maud est une personnalité protéiforme, à la fois poétesse, plasticienne, designer et enseignante-chercheuse en psychologie entrepreneuriale. Suite à une double formation en commerce international et histoire de l’Art, elle débute sa carrière dans l’investissement socialement responsable où elle coordonne un comité scientifique sur le changement climatique puis réalise sa 1ère résidence artistique au sein de l’Institut des Futurs souhaitables en 2012. De son enfance en banlieue parisienne où ses voisins sont suédois, australiens, philippins, allemands, hollandais etc, elle tire une conscience singulière d’appartenance à un même monde régit d’une incroyable diversité et un intérêt pour les flux et les échanges. L’identité, l’interdépendance et l’empreinte sont les thématiques essentielles de son travail. La pratique de la danse et de la musique ont des résonance profondes dans ses recherches et renforcent la subtilité des jonctions qu’elle opère entre les architectures psychologiques et les architectures environnementales. Elle déploie ses créations sur de multiples médiums, des arts plastiques aux arts vivants jusqu’au design et à l’architecture

Coeur à Corps

“Variations en éveil” est un projet de court métrage de danse urbaine, en partenariat avec Ayya. Produit à Bruxelles par le collectif Coeur à Corps composé de jeunes danseurs et militants, son objectif est de casser les frontières physiques et symboliques entre certains quartiers de Bruxelles, ainsi qu’entre les espaces humains et les espaces non-humains. Coeur à Corps est une plateforme pour recréer du lien et pour exprimer ses espoirs et ses inquiétudes face à la crise sociale et environnementale que nous vivons. 

l’écologie relationnelle : Le lien comme écologie

#AYYA est
régulièrement
de sortie

Pour ne rien louper de nos
événements, suis-nous sur les
réseaux sociaux ou abonne-toi à notre newsletter !

Merci pour votre abonnement.

Quelque chose s’est mal passé.